Projets financés - programme Impact

Notez que cette liste n’est pas exhaustive, et sera mise à jour régulièrement.

Résumé

L’apnée du sommeil (AS) affecte 3 à 7% de la population générale avec 40% des patients obèses qui en sont affectés. Les dispositifs d’avancement mandibulaire (DAM) sont conçus pour traiter l’AS en poussant la mandibule inférieure vers l’avant, ce qui résulte en l’ouverture de l’espace oropharyngé. Bien que le traitement de référence soit les CPAP, ces dispositifs sont volumineux, provoquent un inconfort physique et social et sont connus pour avoir de faibles taux d’adhérence au traitement. Enrevanche, les DAM sont aussi efficaces, moins encombrants et ne causent que peu ou pas d’inconfort social. Par conséquent, le respect du traitement pour les DAM est supérieur au CPAP [1]. Le but de ce projet est de développer et d’évaluer une plateforme abordable de capteurs intrabuccaux intégrés dans un DAM intelligent comprenant une plateforme qui intègre plusieurs capteurs et des électrodes EEG. La plateforme de capteurs comprend plusieurs unités: des capteurs d’oxymètrie, un accéléromètre, un système frontal analogique, une  unité de gestion et de traitement de l’énergie, une unité d’alimentation électrique et une unité de transmission sans fil. Le DAM intelligent permettra la mesure de paramètres physiologiques tels que la saturation sanguine d’oxygène, les signaux EEG, les rythmes cardiaque et respiratoire ainsi que l’accélérométrie pour détecter l’apparition du sommeil, sa latence ainsi que sa durée. La plate-forme sera en mesure de mieux évaluer l’efficacité du DAM et pourra documenter les habitudes de sommeil des patients portant le dispositif.

Partenaires

  • iMD Research
  • Metropole Dentaire Terrebonne

Résumé

Les progrès de la génétique au cours des 10 dernières années ont conduit à la mise au point de plusieurs traitements ciblés du cancer du poumon, du sein et du côlon. Cependant, un certain nombre de facteurs limitent l’utilisation optimale de ces innovations, notamment le coût élevé du processus organisationnel associé aux tests moléculaires et leur utilisation tardive dans le parcours du patient. Récemment, la perspective d’obtenir des biomarqueurs numériques diagnostics non invasifs, et pouvant faciliter un traitement personalisé, peu couteux et rapides est apparue au travers d’une discipline connue sous le nom de radiomique. La radiomique exploite les progrès de l’intelligence artificielle pour la mesure quantitative de caractéristiques d’imagerie de haute dimension avec des indications prédictives et pronostiques prometteuses et pour le moins complémentaire aux tests moléculaires actuels. Néanmoins, le manque de validation sur des cohortes importantes et la transdisciplinarité nécessaire à ce processus apparaissent comme une barrière méthodologique melant la physique et le traitement de l’imagerie médicale, l’analyse du big data en santé (clinique, biologique, génétique et épigénétique), et l’expertise requise en apprentissage machine et en apprentissage profond. Le projet proposé vise à opérationnaliser à grande échelle l’écosystème d’Imagia, appelé Evidens, afin de permettre une forte réduction du coût de la découverte de biomarqueurs numériques en imagerie du cancer, en appliquant les avancées en matière d’apprentissage profond automatique, de confidentialité des données et de calcul distribué et de biostatistique. Ce projet multidisciplinaire contribuera à la mission d’Evidens, qui consiste à faciliter un accès universel à la médecine de précision en favorisant les collaborations avec l’IA, en fédérant l’apprentissage issu des données des patients dans les hôpitaux partenaires et en unissant l’expertise clinique et l’IA.

Partenaires

  • Imagia
  • Société de Recherche sur le Cancer
  • Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill
  • Université de Montréal
  • Université McGill

Résumé

Dans ce projet, nous proposons le développement d’outils d’aide à la décision novateurs pour améliorer la prestation des soins et des services à domicile. Le projet est articulé autour de deux principaux sujets de recherche : A) le développement d’approches d’optimisation pour la gestion de l’offre (les soignants) et de la demande (les patients); et B) le développement de techniques d’optimisation spécifiques à la confection de tournées de véhicules complexes dans un contexte dynamique et multi-critères. L’innovation du projet s’appuie sur la formulation et la conception de nouvelles approches d’optimisation qui intègrent des techniques tirées de la science des données, de l’intelligence artificielle et de l’optimisation combinatoire. Elles seront adaptées pour résoudre des problèmes complexes et à grande échelle afin de prendre des meilleures décisions (de manière récurrente) en pratique.

Partenaires

  • Alayacare
  • ApStat Technologies
  • École polytechnique de Montréal

Résumé

Ce projet a pour but la conception d’une technologie de réalité virtuelle qui permettra de former des chirurgiens à une nouvelle procédure de chirurgie de la colonne vertébrale : la fusion intervertébrale lombaire par voie transforaminale (TLIF). Cette méthode diminue de moitié la durée d’hospitalisation des patients et de moitié les coûts pour les hôpitaux (coût de la chirurgie et coût d’hospitalisation) par rapport à la méthode traditionnelle (la discectomie de la région lombaire). Cependant, elle a pour inconvénient de nécessiter en moyenne 20 à 30 chirurgies de formation avant que les chirurgiens se sentent à l’aise de l’utiliser. La technologie de simulation en question permettra de reproduire les propriétés visuelles et haptiques de la chirurgie à enseigner, à l’aider de la méthode des éléments finis (MÉF).

Partenaires

  • CAE
  • Depuy/Synthes (Johnson & Johnson)
  • Université McGill
  • Université de Miami
  • Université de Lille

Résumé

L’objectif de cette recherche est d’améliorer le contrôle local du cancer du sein et de réduire les effets secondaires du traitement en démontrant que la nouvelle technologie au plasma froid peut avoir un impact positif quand elle est combinée à la radiothérapie conventionnelle.

Partenaires

  • NexPlasmaGen
  • InstaDesign
  • Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Montréal
  • Université McGill

Résumé

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 7,7 millions nouveaux cas de démence et d’Alzheimer sont identifiés chaque année à travers le monde. Par ailleurs, l’incidence des commotions cérébrales dans le sport et les conséquences sur la santé mentale sont devenues préoccupantes. Enfin, malgré une prévalence relativement faible, les cancers du cerveau ont un pronostic très sombre, avec une espérance de survie de moins d’un an pour la forme la plus courante et la plus agressive, le glioblastome multiforme. La tomographie d’émission par positrons (TEP) est la modalité d’imagerie la plus sensible pour étudier in vivo de façon non-invasive ces affections au niveau de la biochimie et du métabolisme cérébral, avec le potentiel d’un diagnostic plus hâtif, d’une caractérisation plus fine du type de pathologie, mais aussi d’une meilleure compréhension des causes à la source de ces maladies. Les scanners TEP actuellement disponibles manquent de précision pour permettre une étude détaillée du cerveau. Le présent projet vise à développer un scanner TEP dédié de haute performance qui permettra d’imager le cerveau humain avec une résolution spatiale 2 fois supérieure à celle atteinte avec la meilleure technologie existante. À la résolution prévue de 1.25 mm, il devient possible de caractériser l’infiltration tumorale et l’hétérogénéité des tumeurs, des facteurs déterminants de l’évolution de cancers agressifs comme le glioblastome. Il devient aussi possible de suivre en temps réel l’ouverture osmotique de la barrière hémato-encéphalique pour favoriser l’acheminement de médicaments à la tumeur. Un tel scanner TEP permettra également l’imagerie moléculaire d’animaux intermédiaires pour la recherche biomédicale avec une précision inégalée.

Partenaires

  • IR&T
  • Laboratoires Charles Rivers
  • Novalgo
  • Société de recherche sur le cancer
  • Université de Sherbrooke
  • Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke
  • Université Harvard

Résumé

Le principal objectif de ce projet de recherche est d’intégrer une méthode vasculaire souple en 2D/3D durant une intervention endo-vasculaire basée sur la détection en temps réel des mouvements du patients, la localisation du fil guide ou du cathéter et le réalisme du modèle mécanique des structures vasculaires et des tissus sous-jacents.
Cette méthode sera d’abord adaptée à la réparation endo-vasculaire des anévrysmes aortiques (EVAR).-Une approche générique permettra de l’utiliser pour d’autres types d’interventions endo-vasculaires abdominales (aorto-iliaque, angioplastie ou endo-prothèse, procédures d’embolisation) de même que des interventions intracrâniennes.
La technologie EVAR développée par le chercheur principal et son équipe termine l’étape de validation en laboratoire. Pour étendre le processus de simulation à d’autres tissus abdominaux, il faut aussi valider ses nouveaux éléments dans un environnement contrôlé.

Partenaires

  • Siemens Healthineers
  • Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CRCHUM)
  • Université McGill
  • Université de Toronto
  • Université de Montréal (UdeM) / École de technologie supérieure (ETS)

Résumé

Démontrer l’innocuité et la faisabilité de la collecte de données ECG à l’aide du système automatiqued’acquisition sans contact SIG.ECG 1 en milieu hospitalier et en clinique externe. Démontrer la concordance diagnostique entre l’ECG standard ou la télémétrie hospitalière et le système automatique d’acquisition sans contact SIG.ECG 1.

Partenaires

  • SIGNUM
  • HSCM

Résumé

La compagnie NXTSens a développé un microcapteur implantable et autonome permettant un suivi continu de la pression des tissus et de la température des muscles des membres endommagés afin de mieux diagnostiquer le syndrome des loges aigu (Acute Compartment Syndrome). Le projet est divisé en 2 étapes : 1) développer des modèles chirurgicaux appropriés pour la mise en place précise et reproductible des microcapteurs dans les compartiments de rongeurs ; 2) tester les performances d’un microprototype dans les compartiments de cadavres humains.

Partenaires

  • NXT Sens
  • Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM)

Partenaires

  • Sensoreal
  • Parallex BioAssays
  • Université Laval

Résumé

Effectuer une validation technologique / étude comparative de la réponse immunologique au vaccin antigrippal chez des patients utilisant l’injecteur sans aiguille MED-JET H4 par rapport aux aiguilles traditionnelles pour valider l’efficacité de la technologie.

Partenaires

  • MIT Canada
  • Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM)

Résumé

Développer des outils d’aide à la décision novateurs permettant aux professionnels de la santé d’offrir des soins à domicile plus personnalisés à la population vieillissante en utilisant au mieux les ressources humaines et matérielles disponibles.

Partenaires

  • Alayacare
  • VHA
  • Ecole polytechnique de Montréal

Partenaires

  • Medvalgo
  • 360Medlink
  • Université de Montréal (UdeM)
  • École polytechnique de Montréal

Projets financés - programme FSISSS

Notez que cette liste n’est pas exhaustive, et sera mise à jour régulièrement.

Résumé

En 2016, le Ministère de la Santé a fait de diminuer le temps d’attente à l’urgence une priorité suite à un rapport indiquant que le Québec avait les plus longs temps d’attente dans le monde développé.

Le projet proposé est une étude d’évaluation en milieu réel de soins d’une application (DXA) de triage et diagnostic aux soins d’urgence. DXA est un outil conçu pour faciliter le processus diagnostic et aider au triage en simplifiant les rencontres de soins de première ligne urgents. Cette application est centrée sur le patient et facilite la transmission d’information importante tout au long du processus de rencontre entre le personnel médical et les patients. DXA permet l’automatisation et la systématisation du questionnaire médical initial. L’application a été conçue par des médecins pour répondre aux lacunes présentes dans le contact initial avec les patients durant une visite à l’urgence (manque de temps, pression de productivité, etc.). Il ne s’agit pas d’un simple vérificateur de symptômes, mais bien d’un questionnaire dynamique avec une connaissance plus de 550 pathologies. L’outil a comme objectif la sécurisation du triage, l’amélioration de la précision diagnostique, la diminution de la durée moyenne de séjour (DMS) à l’urgence, la diminution de l’utilisation de tests/investigations médicaux sans indication précise. Au final, le but de DXA sera d’augmenter l’efficacité et surtout la qualité et sécurité des soins pour permettre des meilleurs résultats aux patients.

Partenaires

  • CHUM
  • Dialogue

Résumé

Au Québec, le système de santé fait face à des lacunes importantes telles que la fragmentation des services, le manque de coordination des soins et des services, la mauvaise qualité́ au niveau du partage de la collecte et de la gestion de l’information. D’ailleurs, les données des dossiers médicaux électroniques dans le secteur des soins et services sociaux de première ligne sont difficilement accessibles et les informations cliniques ne suivent pas le patient ce qui rend la coordination et l’intégration des soins difficiles. De plus, il n’existe pas des indicateurs clinico-administratifs qui permettent de mener des études comparatives et d’évaluer les effets des programmes en gestion de la douleur chronique. Dans ce contexte, ces lacunes se traduisent notamment dans l’accessibilité́ et la continuité́ des services offerts et par une baisse de la capacité à répondre aux besoins de personnes souffrant de douleur chronique.

Ce projet vise à mettre en place un système de santé apprenant dans le réseau de la douleur chronique par le biais d’une plateforme numérique. Le SSA sera basé sur des trajectoires inter et intra établissement qui respectent la notion d’intégration de services et permettront d’offrir des soins personnalisés et centrés sur le patient tout en assurant une coordination transversale des soins et services et une continuité informationnelle clinique. La plateforme intégrera un système d’apprentissage profond basée sur l’IA à l’aide d’algorithmes prédictifs afin d’offrir des soins personnalisés aux patients, une transformation numérique apportant d’importants bénéfices pour le système de la santé, les intervenants et le patient.

Partenaires

  • Centre Universitaire de Santé McGill
  • Akinox

Résumé

En raison du manque d’outils cliniques pour aider les médecins à guider et personnaliser les plans de traitement pour les problématiques au genou, la trajectoire de soins actuelle est peu efficace et coûteuse (pour le système de santé québécois et le patient). La genougraphie est un examen 3D de la fonction articulaire du genou, réalisé en mouvement et en mise en charge. Elle est rendue possible grâce au système KneeKGMC, une innovation québécoise, qui est au genou ce que l’électrocardiogramme à l’effort est au cœur. Elle permet de dépister des biomarqueurs mécaniques en lien avec les symptômes, le développement et la progression de problématiques au genou. Depuis 2009, l’implantation de la genougraphie en contexte de soin privé au Québec a permis d’établir les requis organisationnels pour favoriser son intégration dans le parcours de soins. Une large étude clinique québécoise randomisée confirme que les patients bénéficiant du parcours de soins intégrant la genougraphie sont plus satisfaits, rapportent une amélioration de leurs symptômes, fonctions et qualité de vie comparativement aux patients du parcours de soins usuel. Le contexte clinique et les structures organisationnelles étant différents dans le secteur public, l’objectif du présent projet est de faire une analyse d’implantation de la genougraphie dans des établissements du RSSS afin de documenter les facteurs influençant l’intégration, l’acceptation et l’utilisation de l’innovation dans un contexte de soin public réel, et ce, auprès des différents intervenants. Cette documentation sera instrumentale pour planifier le déploiement à travers le RSSS, au Canada et un exemple exportable à l’international.

Partenaires

  • CISSS de la Montérégie-Centre
  • CIUSSS Nord-De-L’île-de-Montréal
  • Emovi Inc.

Résumé

Au début de son développement, le système respiratoire des nouveaux-nés et des nourrissons est extrêmement vulnérable aux maladies1. On estime qu’au Québec plus de 300 000 enfants souffrent d’asthme, la maladie chronique la plus courante chez les enfants2. La plupart de ces maladies respiratoires peuvent souvent être prévenues grâce à un diagnostic précoce et précis. Cependant, les tests de fonction pulmonaire actuels chez les nourrissons sont très longs, invasifs et impliquent souvent une sédation généralement contre-indiquée chez le nouveau-né.
Thorasys a mis au point un nouveau produit non invasif, sans effort et spécifiquement destiné au groupe d’âge des 0-2 ans, appelé tremoflo N-100, une version modifiée du système d’oscillométrie AOS tremoflo C-100 actuel, qui inclut une tête de flux optimisée qui améliore le confort du patient et la précision des mesures.
Les résultats préliminaires, utilisant des charges mécaniques avec les valeurs typiques d’impédance du nouveau-né, montrent des résultats comparables aux mesures obtenues avec le « wavetube » (technique de référence non établie pour les nourrissons). Le but de ce projet est donc de mener une étude clinique sur un groupe de 30 nourrissons âgés de 0 à 2 ans afin de valider que les résultats obtenus avec le tremoflo N-100 sont comparables à ceux produits par le « wavetube ». Une telle validation permettrait de développer davantage un dispositif pouvant être utilisé de manière routinière dans l’évaluation et le soin des nourrissons, réduisant ainsi potentiellement le taux de mortalité et les coûts associés à ces maladies.

Partenaires

  • Centre Universitaire de santé McGill
  • Système Médicaux Thoraciques Thorasys Inc.

Résumé

Notre projet vise à déployer et évaluer une nouvelle approche de solution de télésurveillance à distance (TSD) des patients et intelligence artificielle (IA) à l’hôpital Général Lakeshore (HGL). Elle sera basée sur l’intégration des stratégies de coaching et d’autogestion utilisant un système d’apprentissage automatique et des algorithmes, afin de prévoir et prévenir les visites aux urgences et les admissions à l’hôpital. Les principaux critères d’évaluation seront l’occurrence d’exacerbation de la condition et le Nb de visites aux urgences ou d’hospitalisations pour cause d’exacerbation de la MPOC, au cours de 15 mois suivant l’inscription à l’étude (12 mois de surveillance en utilisant la solution proposée et trois mois de surveillance après la déconnection pour vérifier le rythme de survenue des exacerbations s’il y en avait). Les mesures secondaires seront la satisfaction des patients et des prestataires de soins de santé vis-à-vis des services, la qualité de vie liée à la santé, les symptômes liés à la MPOC, le soutien social, le niveau d’anxiété et la dépression. Les coûts directs et indirects des services seront collectés pour analyser la viabilité financière de cette solution par rapport aux services habituels de santé avec un objectif moyen à atteindre de 55% dans la réduction des coûts actuels pour les visites aux urgences et les hospitalisations combinées.

Partenaires

  • CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal
  • HEC Montréal
  • Alayacare

Résumé

Au Québec et dans plusieurs pays industrialisés, le nombre d’analyses histopathologiques est en constante croissance en raison de l’augmentation de l’espérance de vie qui, conséquemment, accroit l’incidence de cancer, mais aussi à cause du succès des programmes de dépistages. Des études récentes ont démontré que la conversion en numérique d’un service de pathologie traitant un volume de spécimen similaire à celui du CHUM permet un gain d’efficience pour le travail des pathologistes et génère des économies de temps du personnel de laboratoire. Outre l’avantage de simplifier le flux de travail, la plateforme de pathologie numérique contribue à une plus grande productivité, une meilleure fiabilité diagnostique, une bonne traçabilité des échantillons, en plus de minimiser les pertes de temps associées à la distribution, au transport et à l’archivage-désarchivage des lames de verres. Dans un contexte de pénurie de main d’œuvre de technologistes médicaux, l’utilisation du numérique pourra permettre d’utiliser ces ressources précieuses à des tâches à valeur ajoutée.
En partenariat avec l’industrie, le CHUM a en place des installations modernes pour le déploiement d’une plateforme de numérisation à haut volume. Notre projet en est un de transformation organisationnelle et a pour but l’exploitation du numérique à son maximum afin de troquer les outils diagnostiques traditionnels, soit le microscope et les lames de verre, par les numériseurs et les écrans d’ordinateur. Ce projet veut également définir des indicateurs de performance afin de comparer le flux de travail actuel avec celui du numérique. À terme, nous voulons démontrer que ce transfert vers le numérique est une plus-value dans l’efficience de la pratique de la pathologie qui aura un impact positif sur la trajectoire de soins au bénéfice des patients, en plus de jeter des fondations à l’application future de l’intelligence artificielle (IA) en pathologie.

Partenaire

  • Centre Hospitalier de l’Université de Montréal

Résumé

Ce projet vise à étendre l’utilisation d’Opal (opalmedapps.com), un portail pour patient novateur développé au Québec pour une spécialité médicale spécifique (soins du cancer), à plusieurs spécialités afin d’en faire profiter d’autres patients québécois, prouver son utilité pour un usage plus général et améliorer son potentiel de commercialisation. Opal est une application mobile conçue pour les patients atteints de cancer, développée et utilisée au Centre du cancer des Cèdres du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Ce portail innovant axé sur l’usager permet non seulement aux patients d’avoir accès à leurs dossiers médicaux électroniques (horaires de rendez-vous, résultats de laboratoire, notes cliniques, etc.), mais leur permet également d’avoir accès à du matériel pédagogique personnalisé et adapté à leur condition et à leur phase de traitement; une caractéristique importante absente de la plupart des portails pour patients contemporains.
Ce projet vise à étendre l’utilisation d’Opal à l’Hôpital de Montréal pour enfants (HME) en commençant par la clinique de néphrologie où une étude détaillée des impacts clinique et économique de l’installation sera effectuée. Les leçons tirées du déploiement d’Opal à l’HME informeront une éventuelle expansion dans tous les départements du CUSM et potentiellement dans tous les établissements de santé québécois.

Partenaire

  • Centre Universitaire de Santé McGill

Résumé

L’approche ERAS (Enhanced Recovery After Surgery) est basée sur l’implantation de protocoles de soins péri-opératoires fondés sur l’évidence scientifique. Elle permet de diminuer les complications post opératoires de 30% et la durée moyenne de séjour de 50%. Cette approche favorise une gestion axée sur la performance centrée sur la rétroaction objective. L’unité de gynécologie / gynéco-oncologie du CHUM a déployé ERAS en mars 2018. Afin d’assurer la compliance de l’équipe à ce protocole de soins et lui fournir une rétroaction en temps réel, la plateforme web EIAS (ERAS Interactive Audit System) a été introduite.
Objectifs :
1. Déterminer les impacts de l’approche ERAS sur la qualité, la sécurité, et l’expérience des patients par la génération de données probantes (EIAS)
2. Identifier les facteurs de succès pour l’utilisation soutenue et avancée de l’approche ERAS
3. Analyser la portée médico-économique de l’implantation de l’approche ERAS
4. Élaborer des recommandations pour faciliter la diffusion de l’approche ERAS aux autres unités chirurgicales du CHUM ainsi qu’auprès de nos partenaires du RSSS

Il s’agit d’une étude qualitative et quantitative portant sur l’implantation, l’impact clinique et l’impact économique de l’approche ERAS au CHUM. Elle sera réalisée à l’aide de données colligées dans EIAS et d’entretiens et de questionnaires auprès des patientes et des équipes de soins dans le but de recueillir leurs perceptions sur cette approche de soins.

Des retombées directes et indirectes sont prévues tant au niveau clinique, des patientes, qu’au niveau de l’efficience des soins et services au CHUM et à l’échelle du RSSS.

Partenaire

  • Centre Hospitalier de l’Université de Montréal

Résumé

Le projet d’innovation consiste au développement d’une Plateforme d’Évaluation, d’Intervention et de Recherche en Soutien aux Organisations (PEIRSO) sur les troubles de la personnalité. La plateforme est composée d’une section sécurisée destinée aux professionnels œuvrant dans le RSSS permettant 1) d’administrer une procédure systématique d’évaluation informatisée par questionnaires auto rapportés valides visant à recueillir des données cliniques pour rendre compte de la réponse aux interventions par la production d’un rapport synthèse automatisé et vulgarisé; et 2) de consulter des instruments valides, des manuels d’interprétation et d’intervention d’approches appuyées scientifiquement, des vidéos de formations, des résultats de recherches, en plus d’accéder à des classes virtuelles synchrones de consultations entre collègues. L’accès à de l’information générale sur les troubles de la personnalité, aux ressources disponibles ainsi qu’à des références cliniques et bibliographiques utiles seront à la disposition des professionnels et de la communauté sur la section publique de la plateforme. Le projet permet de pallier l’absence (1) de procédure standardisée d’évaluation en continu de la sévérité des traits, de l’impact, de l’intensité et de la chronicité des symptômes de même que du degré de dysfonctionnement de la clientèle, (2) d’évaluation systématique de l’efficacité des pratiques et (3) de formations appuyées sur les données probantes diffusées à grande échelle sur les troubles de la personnalité auprès des professionnels.

Partenaire

  • CIUSSS de la Capitale-Nationale

Résumé

À chaque année, 4600 nouveau cas de cancers de la prostate sont diagnostiqués au Québec et 890 hommes en meurent. Plusieurs options thérapeutiques sont disponibles, dont la curiethérapie qui est une branche de la radiothérapie visant à insérer une source radioactive dans la tumeur pour livrer un traitement local tout en minimisant la dose aux organes sains environnants. Les patients atteints de cancer de prostate sont régulièrement sur-dosés ou sous-dosés lorsque la pratique conventionnelle de radiothérapie est suivie. L’objectif global du projet est d’améliorer la qualité des soins offerts à nos patients atteints de cancer de la prostate et traités par curiethérapie à haut débit de dose, tout en réduisant la durée standard d’une séance de traitement et en augmentant la précision dans la livraison de ce traitement. Le nouveau programme clinique vise à attaquer la tumeur de façon ciblée plutôt que de doser la prostate en entier. Les aspects innovants de la technique ainsi implantée en milieu réel de soins seront donc; 1. curiethérapie prostatique focale avec identification optimisée des volumes-cibles et livraison précise de la dose de radiation, 2. cartographie tumorale personnalisée par analyse multiparamétrique IRM pour la prostate, 3. intégration du TEP-PSMA (agent de médecine nucléaire) dans les processus clinique et décisionnel. L’objectif de la demande de fonds actuelle vise l’automatisation, la validation et l’intégration de ces différents systèmes dans le but de rendre la technique optimale, utilisable dans nos cliniques québécoises et prête pour une étude clinique de grande envergure.

Partenaire

  • Centre Hospitalier de l’Université de Montréal

Résumé

Ce projet porte sur l’optimisation de la trajectoire des soins et des services en chirurgie thoracique et repose sur de réels besoins exprimés par les intervenants des équipes interdisciplinaires du CUSM (centre de référence) et du CISSSO (centre affilié).  En tant que centre de référence, le CUSM bénéficie d’une équipe suprarégionale et d’une expertise de pointe pour les cas oncologiques et non oncologiques. Il réalise plus de 200 chirurgies chaque année pour des patients du CISSSO. Cette trajectoire de soins et de services ne dispose à ce jour d’aucun outil technologique intégré pour assurer de manière optimale et sécuritaire le flux des communications, la transmission des documents, la coordination et le suivi des services. Le projet prévoit donc le recours à un outil technologique intégrateur, connu de la Télésanté et dont certains développements faciliteront l’accessibilité, la sécurisation, l’intégration et la qualité des services et des soins.
Le succès de ces efforts de concertation et d’accompagnement des patients améliorera leur prise en charge inter-établissements et pourra contribuer à une amélioration plus significative de leur santé. De plus, l’efficacité et l’efficience de la trajectoire de soins en chirurgie thoracique en seront améliorées ainsi qu’une meilleure utilisation des ressources. Les retombées de cette initiative permettront aussi d’influencer fortement d’autres trajectoires inter-établissements pour l’ensemble des établissements du Québec.

Partenaire

  • Centre Universitaire de Santé McGill

Résumé

Pour réduire le fardeau clinique et financier du cancer, il faut juguler les délais à investiguer et traiter un patient. Mais comment objectiver les retards et les goulots d’étranglement et comment y remédier? Ce projet du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) appliquera la démarche de process mining afin d’améliorer le parcours de soins et services en cancer du poumon. L’extraction des journaux d’évènements à partir du lac de données clinico-administratives du CHUM permettra de documenter les processus d’investigation et de traitement. Les algorithmes de process mining génèreront des représentations graphiques des processus hospitaliers et des flux de travail produisant les parcours de soins des patients avec leurs statistiques associées. Ces parcours seront comparés aux cibles de performance et aux standards cliniques reconnus en cancérologie pulmonaire afin d’en apprécier la conformité. Nous proposerons puis implanterons les changements organisationnels requis pour améliorer l’accessibilité, la qualité et l’utilisation des ressources. En outre, ce projet permettra d’analyser les trajectoires cliniques et de caractériser le coût par parcours de soins et services associé à l’immunothérapie du cancer du poumon. La démarche de process mining au CHUM s’appuie sur une infrastructure de lac de données clinico-administratives existante développée pour faciliter la recherche, promouvoir l’innovation et améliorer la performance et la pertinence clinique. Cette démarche pourra potentiellement être répliquée dans d’autres établissements québécois possédant des infrastructures similaires d’accès aux données.

Partenaire

  • Centre Hospitalier de l’Université de Montréal

Résumé

Au Québec, les fournisseurs de services psychiatriques sont confrontés à une prévalence de problèmes mentaux et de suicides dans les régions éloignées. Les possibilités offertes par les innovations technologiques pourraient aider à compléter les services psychiatriques. L’exposition à la réalité virtuelle (RV) est validée en tant que composante de la thérapie cognitivo-comportementale dans les troubles anxieux, y compris le trouble de stress post-traumatique. D’ailleurs, il y a de plus en plus de traitements pour améliorer la régulation des émotions; certaines applications sont efficaces dans l’autogestion. Le but de ce projet est de fournir des traitements par RV pour les symptômes liés aux traumatismes. Les groupes cibles sont les populations autochtones ayant un accès limité aux soins spécialisés et un besoin de sécurité culturelle. D’abord, nous testons l’acceptabilité de traitements par RV avec des données qualitatives collectées auprès des Inuits au centre Ullivik. Deuxièmement, nous sélectionnons avec les intervenants des instruments pour mesurer les symptômes et les facteurs de protection liés aux traumatismes; et nous effectuons des traductions et des adaptations culturelles de ceux-ci auprès des Autochtones à Montréal. Troisièmement, nous validons des mesures psychophysiologiques. Enfin, nous souhaitons optimiser les signaux des appareils de télémédecine ainsi que la sécurité et la qualité des téléconnexions entre Ullivik et le Nunavik. La thérapie sera proposée à domicile ou dans une téléclinique avec suivi psychophysiologique pour guider des traitements personnalisés; elle pourra être complétée par l’autogestion.

Partenaire

  • CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Résumé

Les 99 Unités de Soins Intensifs du Québec accueillent les patients les plus sévèrement malades, dont la mortalité et le risque de séquelle sont très élevés. L’optimisation de la prise en charge de chaque patient et le suivi de la qualité de chaque unité permettrait de sauver des vies et des coûts de santé. Nous avons développé une Base de Données massives de soins intensifs (BD-SI) contenant toutes les données recueillies à haute fréquence par les différentes technologies au chevet des patients.
Les objectifs de notre projet sont :
1- Consolider le développement de la BD-SI et son intégration dans le réseau du CHU Sainte Justine;
2- Démontrer la validité du contenu de la base de données;
3- Instaurer l’extraction automatique des critères de qualité suggérés par l’INESSS;
4- Démontrer la faisabilité de l’implantation de système automatisé d’aide à la décision clinique sur cette infrastructure.
Ceci permettra d’optimiser les soins pour chaque patient critique, avec un gain espéré en termes de mortalité ou de séquelles, d’améliorer l’efficience des professionnels aux soins intensifs, et de fournir automatiquement un suivi des indicateurs de qualité des unités, tel que recommandé par l’INESSS. Ces indicateurs permettront d’optimiser les démarches d’amélioration de la qualité et d’en assurer le suivi.

Partenaire

  • Centre Hospitalier Universitaire Ste-Justine

Résumé

Il existe des recommandations pour la prise en charge en réadaptation fonctionnelle intensive pour les problèmes de mobilité et de langage après un accident vasculaire cérébral. Il faudrait en particulier proposer 15h d’intervention pour la mobilité et 10h pour la communication par semaine. Cependant, l’organisation actuelle des soins ne permet pas des interventions aussi intensives.
L’objectif de ce projet de recherche participative est donc d’augmenter le temps d’intervention en mettant à disposition des usagers un circuit de stations de travail autonome ou semi-autonome, à réaliser seul, en groupe ou avec leurs proches leur permettant de stimuler leur mobilité et leur communication, en fonction des besoins perçus des usagers, des familles et de leurs thérapeutes. Ce type de circuit a un bon niveau d’évidence en termes d’efficacité.
L’établissement des stations et le suivi des activités faites avec les stations du circuit seront supportés par la présence d’un agent de changement, qui jouera également un rôle dans la mise en place de collaboration avec des partenaires externes qui fourniront de nouvelles technologies ou interventions sociales en réadaptation qui seront ainsi testées et améliorées en milieu réel d’utilisation. La collecte de données portera sur le processus de changement et sur les résultats de l’implantation.
Le projet aura ainsi des retombées sur les processus d’implantation de pratiques innovantes, la mise en place de collaborations avec des partenaires externes et sur les bénéfices cliniques au cours de la réadaptation physique chez les personnes ayant eu un accident vasculaire cérébral.

Partenaire

  • CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Résumé

Véritable révolution au plan de la formation médicale continue, le modèle ECHO, acronyme pour Extension for Community Healthcare Outcomes, réunit sur une plateforme web des professionnels de première ligne et une équipe multidisciplinaire d’experts lesquels les guident dans la conduite des soins à prodiguer à leurs patients. Le transfert de connaissances et de savoir-faire repose sur un apprentissage progressif et la cogestion d’une grande diversité de cas cliniques en contexte réel. La prise en charge des patients est démultipliée; ceux-ci sont traités sans délai, dans leur environnement, et selon un standard optimal de bonnes pratiques. À ce jour, le modèle est implanté dans 24 pays et appliqué à 71 conditions de santé.
En avril 2017, nous avons mis en place au CHUM en partenariat avec le RUISSS de l’Université de Montréal le premier télémentorat selon le modèle ECHO au Québec afin d’optimiser le traitement de l’hépatite C. Ce projet pilote ECHO® CHUM Hépatite C 2017-2018 a permis de démontrer la faisabilité du modèle ECHO au Québec. Deux programmes se sont mis en place au CHUM depuis, ECHO Douleur chronique et ECHO Troubles concomitants; deux autres sont en cours d’élaboration (traitement de substitution aux opioïdes et communautés autochtones).
L’objectif principal de ce projet est de favoriser l’implantation du modèle ECHO dans un contexte québécois en s’appuyant d’une part sur l’identification des facilitateurs et des barrières à la mise en place de différents programmes, d’autre part sur l’évaluation des bénéfices du programme ECHO hépatite C, précurseur du modèle au Québec.

Partenaire

  • Centre Hospitalier de l’Université de Montréal

Résumé

La prévalence du déclin fonctionnel iatrogène se situe entre 20 à 50% chez les personnes âgées suite à une hospitalisation. Les conséquences en sont les incapacités fonctionnelles, les pertes de mobilité, les chutes, la ré-hospitalisation et l’utilisation accrue des soins et services de santé. À cet égard, le MSSS a adopté en 2011 un cadre de référence rendant obligatoire la mise en place d’interventions visant à prévenir le déclin fonctionnel des personnes âgées hospitalisées dans tous les centres hospitaliers du Québec. Les Unités de courte durée gériatrique (UCDG) admettent des personnes, âgées en moyenne de 80 ans, qui présentent des problèmes de santé complexes. On retrouve dans la littérature scientifique des programmes de mobilisation efficaces pour assurer le maintien des capacités fonctionnelles et la mobilité des clientèles âgées fragiles. Toutefois, malgré ces connaissances, la prescription d’exercices physiques au congé des UCDG ne semble pas être intégrée dans les pratiques professionnelles de façon naturelle et systématique.
Notre équipe de recherche souhaite implanter l’outil clinique PATH 2.0 qui constitue un processus unique de prescription systématique d’activité physique post-hospitalisation en UCDG adapté au profil clinique de ces patients.
L’objectif de ce projet est d’évaluer l’implantation de l’outil clinique PATH 2.0 dans plusieurs UCDG ainsi que d’évaluer son efficacité et estimer son coût-bénéfice sur l’utilisation des services de santé post-hospitalisation. Finalement, les conclusions nous permettront de raffiner les procédures afin d’utiliser à court et moyen terme cet outil comme une pratique standard au sein des UCDG du Québec et d’améliorer le continuum de santé.

Partenaire

  • CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Résumé

Un AVC peut affecter le fonctionnement, la participation sociale et la qualité de vie des personnes. Il est important d’intervenir rapidement avec une intensité d’intervention suffisante afin d’optimiser la récupération. Les listes d’attentes pour les programmes de réadaptation fonctionnelle intensive (RFI) et les ressources limitées font en sorte que, actuellement, les patients n’ont pas accès à ce niveau d’intensité de réadaptation au moment opportun. Un programme de congé précoce assisté (CPA) a été mis en place comme solution afin que la personne puisse commencer sa RFI à domicile, dès qu’elle y retourne. Il a été démontré que les technologies de télésanté peuvent faciliter le processus concernant certains aspects du programme CPA et en améliorer potentiellement les résultats.

Ainsi, les objectifs de cette étude sont:
1) Évaluer le degré d’acceptabilité du projet CPA et de télésanté par les patients, les proches aidants et les cliniciens, ainsi que leurs expériences;
2) Évaluer le degré d’intégration de la télésanté dans les activités cliniques du CPA;
3) Évaluer l’impact de l’utilisation du CPA avec la télésanté sur a) le patient/famille b) les soins et services cliniques;
4) Évaluer les coûts et économies associés à la télésanté lors de la phase d’implantation.

Pour répondre à ces objectifs, cette étude comprendra une évaluation pré-implantation de la télésanté, adaptation d’une plateforme au travail clinique du CPA, et une période de 18 mois d’implantation de la télésanté. Il est prévu que ces solutions technologiques augmentent la qualité et l’efficacité des soins fournis dans le cadre du CPA.

Partenaire

  • CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Résumé

CaptoMD est issue de 7 années d’efforts en recherche au CHU de QuébecーUniversité Laval grâce à un financement total de $1.6M. La vision de CaptoMD est d’améliorer l’efficience, la qualité et la convivialité, à la fois, du processus de soins cliniques et de la production de données pour l’amélioration des soins et la recherche. CaptoMD est une plateforme nuagique qui offre un ensemble d’outils dédiés aux cliniciens et patients.

Le tableau de bord de CaptoMD solutionne un des plus grands besoins en clinique qui est de réduire les difficultés d’accès, de synthèse et de partage de l’information. Aussi, en mesurant les des symptômes et des résultats rapportés par les patients (patient-reported outcomes, PRO) et en intégrant cette information au tableau de bord, CaptoMD contribue à centrer la prestation de soins vers une valeur ajoutée pour le patient. En capturant l’ensemble des données cliniques, CaptoMD résout du même coup la difficulté de production de cette information.

CaptoMD est utilisé pour le cancer de la prostate en mode pilote depuis 3 ans au CHU de Québec. Ce projet permettra de poursuivre notre démarche visant à ajouter de nouvelles données probantes, en contexte clinique, pour démontrer la contribution de CaptoMD à l’exercice d’une médecine moderne.

Ainsi, les objectifs du projet sont les suivants:
1. Décrire les enjeux et défis reliés à l’implantation de CaptoMD
2. Implantation de CaptoMD en cancer de la prostate au CHU de Québec
3. Évaluer les impacts de CaptoMD
4. Adapter CaptoMD à d’autres sites tumoraux

Partenaire

  • CHU de Québec – Université Laval

Résumé

Le Québec est positionné de façon extrêmement favorable pour tirer parti des atouts uniques de son réseau universitaire et hospitalier afin de devenir un chef de file mondial dans le domaine émergent de la thérapie génique, traitement qui s’applique principalement au cancer mais qui deviendra très bientôt un incontournable pour de nombreuses autres maladies.

La thérapie génique est une stratégie de traitement qui consiste à faire pénétrer des gènes dans les cellules d’un individu soit pour remplacer les éléments cellulaires défectueux, soit pour ajouter des éléments fonctionnels. Pour son application chez l’humain, l’étape cruciale de production de vecteurs viraux qui livrent ce matériel génétique dans des conditions de bonnes pratiques de fabrication (BPF ou « GMP » en anglais) exige une importante étape de validation.
L’objectif du projet est de valider la production virale dans notre environnement BPF afin de confirmer la qualité de la production et d’ainsi produire un matériel cellulaire de niveau clinique et commercial. Cette démonstration sera réalisée dans des conditions réelles (non-simulées) selon toutes les règles extrêmement strictes de BPF. Ceci implique la validation des équipements et des procédures, ainsi que des tests de contrôle de la qualité.

A la fin du projet, nous serons en mesure d’appliquer cette technologie de production de vecteurs viraux dans des conditions réelles de production et nous aurons donc la confirmation que nous pouvons réaliser une production clinique de vecteur viral, ce qui représente la capacité de produire des vecteurs viraux de niveau commercial pour des patients

Partenaire

  • CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal